samedi 9 décembre 2006

03- Arrivée de la dynastie Hosseinite sur le trône de Tunis

En 1705, il y eut une guerre entre le bey de Tunis et le dey de Tripoli. La peste se déclara dans les rangs des troupes tunisiennes, et moissonna une infinité de soldats; le Bey Ibrahim fut contraint de rentrer et le fléau se déclara peu après dans cette capitale, et y sévit pendant six mois. Il y eut jusqu’à 700 décès par jour.

On assure que le fléau, dans la seule ville de Tunis, ne fit pas moins de quarante-quatre mille victimes.

Dans le cours de la même année, la guerre éclata encore, et cette fois ce fut avec le Dey d’Alger. Dans un combat près du Kef, Ibrahim, Bey de Tunis, fut vaincu, chargé de chaînes et conduit au camp des Algériens, ainsi que son frère Mohammed.

A la suite de cette capture, Hossein, ou Hussein Ben Ali, fut proclamé Bey de Tunis. Son père, renégat grec, natif de l’île de Candie, avait fait partie d’un détachement recruté dans le Levant pour l’armée tunisienne, et s’était fait musulman sous le nom de Ben Ali Turki : le Bey Mourad régnait alors à Tunis.
Le successeur de ce prince, Ibrahim El Cherif Bey, prit Ben Ali Turki pour son lieutenant.
Celui-ci eut deux fils : Hussein Bey, qui monta sur le trône de Tunis en 1705 après la défaite d’Ibrahim, et Mohammed, qui partagea la fortune de son frère. Avec celui-ci commença la dynastie qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours, et a donné dix neuf régents dont voici les noms:

1) 1705-1735 : Hussein I Bey;
2) 1735-1756 : Ali I Bey;
3) 1756-1759 : Rachid Bey;
4) 1759-1782 : Ali II Bey (régence du prince Hammouda dès 1777);
5) 1782-1814 : Hammouda Bey (règne le plus long) ;
6) 1814-1814 : Othman Bey (règne le plus court) Mort assassiné trois mois après son élection, â la suite d’une révolution de palais. Ses deux fils, Sidi-Salah et Sidi-Ali, eurent la tête tranchée dans la même occasion. Le jour même de cette catastrophe, la femme d’Othman Bey mit au monde un fils qui seul survécut.
Ce jeune prince, nommé Mohammed, est resté enfermé dans une espèce de caveau attenant au palais du Bardo jusqu’au 3 juin 1855, jour où, après quarante et un ans de captivité, il fut rendu à la liberté par ordre du Bey Mohammed III, qui voulut inaugurer son règne par ce grand acte de justice.
7) 1814-1824 : Mahmoud Bey II, élu le 21 décembre 1814, jour de la fin tragique de son cousin Othman Bey;
8) 1824-1835 : Hussein II Bey;
9) 1835-1837 : Moustapha Bey;
10) 1837-1855 : Ahmed I Bey;
11) 1855-1859 : Mohammed Bey III;
12) 1859-1882 : Sadok Bey, élu le 23 septembre 1859;
13) 1882-1902 : Ali III Bey;
14) 1902-1906 : Hédi Bey;
15) 1906-1922 : Naceur Bey;
16) 1922-1929 : Habib Bey;
17) 1929-1942 : Ahmed II Bey;
18) 1942-1943 : Moncef Bey;
19) 1943-1957 : Lamine Bey;

9 commentaires:

psynaj a dit…

t'es historien, ou juste passionné d'histoire?

Téméraire V4.3 a dit…

@Psynaj: Je suis Ingénieur (non IT), et je suis passionné de l'histoire comme vous le dites

Napo a dit…

J'adore l'histoire militaire et je trouve ton blog superbe !!!!

zied a dit…

Blog superbe! Ca fait plaisir de voir ce type de blog. Bravo!

ibn a dit…

Je me joins à la touchante unanimité des autres commentateurs/trices : superbe blog! Je reviendrai.

arab a dit…

"Curieux de tout, Aventurier, impulsif, avec d'autres défauts beaucoup plus graves" tu devrais rajouter défenseur de la foi et passioné d'histoire militaire , l'histoire de la tunisie étant avant tout une longue histoire militaire .

Autrement dit t'es un vrai bélier .

Ras Jebel a dit…

merci pour ce blog.
g une source merveilleuse sur ton sujet avec plein d'informations et de fotos.
http://www.4dw.net/royalark/Tunisia/tunisia.htm

aymen a dit…

si t'as l'immage du famille housien...
tu remerque que sous le drapeaux tunisien il y a ce drapeaux jaune et vert plin des etoile de david

Téméraire V5.0 a dit…

@Aymen:

Oui et je te renvoi cers ce lien : http://tunisdivagation.blogspot.com/2007/11/le-croissant-et-letoile-de-david.html