lundi 13 juillet 2009

73- La Conquête de Tunis par les Turcs (1ére partie)

Nous sommes en 1525, la dynastie des Beni Hafs, dont la fondation remontait à l'année 1228 avait fourni pendant plus de trois siècles une longue série de princes, sous le gouvernement desquels le royaume de Tunis avait compté au nombre des états florissants du monde musulman. Cette dynastie touchait au terme de ses prospérités, et sa chute même était prochaine. Cependant Moulay Mohamed soutenait dignement encore la réputation de ses ancêtres; mais on pressentait qu'après lui, nul prince ne pourrait porter, sans fléchir, le poids d'un aussi glorieux héritage

Moulay Mohamed avait eu plusieurs enfants de ses diverses femmes. A cause des rivalités entre les mères des princes, il s’est vu dans l'obligation de tenir enfermé son fils aîné Maamoun, homme extrêmement vicieux, pour l'empêcher de commettre un parricide.
Ainsi, Il désigna pour lui succéder son fils Moulay Hassan, au détriment de son aîné, grâce aux intrigues de sa mère, femme ambitieuse, qui nourrissait ce dessein depuis longtemps.

Donc, à sa mort, survenue en l'année 1525, le plus jeune de ses fils, Moulay Hassan, fut investi du pouvoir, au mépris du droit de ses frères. A peine s’est-il installé sur le trône, que, songeant à se débarrasser de tous compétiteurs, Moulay Hassan ordonna l’assassinat de ses frères. Deux furent immolés à ses terreurs jalouses; le troisième, Rachid, fils d’une esclave noire, parvint à s'échapper et se réfugia prés d'Abdallah, chef puissant d’une tribu arabe, dont il épousa la fille.

Moulay Hassan ne se trompait pas sur la désertion de son frère ; il prévoyait qu'il serait bientôt attaqué. Mais pour réduire autant que possible les moyens de trahison qu'il redoutait autour de lui, il dissimula ses craintes. Puis, un jour, il réunit dans un banquet tous ses parents : frères, sœurs, oncles, tantes, cousins, cousines, et tous ceux qui, de près ou de loin, avaient dans les veines du sang royal tunisien, sous prétexte de leur faire fête et de resserrer leur union.

A la fin du repas, quand il les eut comptés et qu'il se fut bien assuré que pas un ne manquait à l'appel, il les fit empoigner, fit crever les yeux à tous les mâles, quel que fût leur âge, et enfermer toutes les femmes dans des prisons bien gardées.

A la nouvelle de cette cruauté inouïe, Rachid, le frère fugitif, se met à la tête de l'armée de son beau-père, et soulève le plus de tribus qu'il peut ; mais ne se croyant pas encore assez fort il envoie demander du secours à Khaireddine Barberousse, qui venait d’acquérir un grand pouvoir, peut-être sans s'en douter, par la fondation de la régence d'Alger.

Khaireddine Barberousse accueillit le proscrit avec une bienveillance marquée, et, apprenant aussitôt le grand avantage qu'il pourrait tirer de cette circonstance, pour aider à la réalisation de son projet d'annexion de l'état de Tunis aux territoires qu'il avait déjà conquis, il engagea le prince à se rendre avec lui à Constantinople, ou son nom, sa réputation et son crédit lui feraient aisément obtenir les moyens de soutenir ses justes prétentions au trône de la Tunisie.

Rachid, plein de confiance dans ces assurances trompeuses, suivit Barberousse à Constantinople. La, le rusé corsaire persuada sans peine au sultan Soliman que la conquête de Tunis serait facilement réalisable, grâce à la division des partis, et qu'il suffirait pour les rallier et les dominer, de prendre ostensiblement fait et cause pour le prétendant.

Sur-le-champ, les préparatifs de l'expédition commencèrent, et, quelques temps après, une flotte formidable, aux ordres de Barberousse lui-même, quittait le Bosphore et faisait voile vers les côtes d'Afrique. Au moment où elle appareillait, Rachid qui, jusque là, avait gardé une foi entière dans les promesses de ses deux puissants patrons, se vit traitreusement arrêté par leurs ordres, puis jeté dans une prison d'État, d'ou il ne devait plus sortir.

A suivre ...

4 commentaires:

coeos a dit…

une période bien souvent occulté de l'histoire de la Tunisie que ce quatorzième siècle; Il a pourtant vu l'affrontement des deux superpuissances du moment ,que sont l'esapgne de charles quint et l'empire ottoman, se disputer le leadership de la méditérrannée sur le territoire de la Tunisie; et à travers des batailles maritimes restées celèbres( Lepante notamment) je connais des aspects de cet affrontement en ce qui concerne Tabarka (par rapport notamment à l'ile de Tabarka controlée jadis par les genois. j'essaierai d'apporter quelques éléments d'informations sur ça une prochaine fois.

Téméraire V5.0 a dit…

@Coeos:
merci pour ton commentaire et je serai content de toute participation dans ce blog dans lequel j'essaye d'ajouter un plus par apport à ce qui se trouve sur le Net.

Pour tabarka, j'ai déjà publié une petite note : Tabarka

StartUp.Tunisie a dit…

Ca fait longtemps que t'a rien ecrit?

J'aime beaucoup tes posts,

Bonne continuation

Téméraire V5.0 a dit…

@StartUp.Tunisie:
Bienvenu sur mon Blog :) et j'espère pouvoir écrire des choses intéressantes.